Prix Littéraire de l'Imaginaire Booksphere - Édition 2022



Un roman qui vaut le détour !

Par Melliflueee

Le 28/05/2022 à 18:22

Criticsbook logo


Il est des romans qui intriguent et dont la couverture vous happe. Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin en fait partie !

Prospérine Virgule-Point vit à Demi-Mot, un village tout ce qu’il y a de plus ordinaire qui se trouve à la limite du Texte, autour duquel la vie s’organise. Jour après jour, les habitants polissent et astiquent les lettres dont ils sont responsables : les A et les S ont par exemple beaucoup de travail et sont très nombreux tandis que les Z et la ponctuation sont plus anecdotiques … Tous entretiennent ces milliers de caractères pour éviter que leur Texte ne s’effondre et disparaisse. Mais Prospérine a choisi un métier bien différent : à l’entretien des points et des virgules, elle a préféré le soin des plantes et elle est devenue fleuriste. La découverte d’un cadavre dans sa boutique va l’entraîner dans une spirale qui la dépasse. Accompagnée bien malgré lui du pédant Honoré Point-Virgule (attention à ne pas confondre les deux familles !), Prospérine commence à enquêter … Car c’est tout le village qui est en fait menacé.

L’objet livre à lui tout seul vaut le détour : l’histoire de Prospérine est emmenée par une mise en page aux petits oignons. Les mots, la police, les accents, la taille, l’agencement, l’italique, le gras, les majuscules … Tout a son importance et participe à la résolution du mystère. Et quel plaisir, pour le lecteur amoureux des textes et des livres, que de plonger ainsi au cœur du texte. L’autrice nous régale avec des néologismes décapants, entre humour, poésie et revendications cachées. Au gré des pages et au cœur du texte se nichent également quelques illustrations simples et colorées qui rendent hommage aux personnages. Dans la même veine, les références sont nombreuses, non seulement à la littérature, mais également aux règles de grammaire et de conjugaison. Les plus nostalgiques y verront sans doute l’écho, ou tout du moins le souvenir Des belles lisses poires du prince de Motordu de leur enfance. L’ensemble donne un charme fou et du rythme à cette lecture originale ! Notez tout de même qu’il faut quelques pages d’adaptation pour assimiler cette nouvelle façon de lire.
Sous couvert d’une intrigue policière fort bien menée à la façon d’un cosy mystery (Mais qui a donc tué Tom W ?), Laure Dargelos nous propose aussi des thèmes intéressants comme la macrocéphalie urbaine (attention, souvenir des cours de géographie du collège), la corruption du pouvoir ou bien encore le réchauffement climatique. En toile de fond, parmi tout ce remue-ménage, le lecteur pourra observer d’un œil bienveillant la naissance d’une histoire d’amour touchante, qui se fait avec beaucoup de retenue (et de réparties).
Bref, Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin est un OVNI littéraire qu’il vous faut découvrir de toute urgence. Original, travaillé à la perfection, divertissant : il a tout pour plaire.

La chronique complète sur Café Powell :
https://cafe-powell.com/2022/05/prosperine-virgule-point-et-la-phrase-sans-fin-un-roman-qui-vaut-le-detour/

#ISBN9782957023745 #PLIB2022